Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Music of *The SUN*

Kyrié illusion


The New World Orchestra

"2000"


4 minutes 30 de détente !


évasion . . .

extase...









Malango, l'annuaire des sites de l'Ocean Indien


OU NORE PI VIV ANKOR IN PE

Rubriques du Sun

Sujets en cours sur The Sun

Tous les sujets du Sun

Archive : tous les articles

Tous les articles du SUN
Septembre 2014 : 1 article
Juillet 2014 : 1 article
Février 2014 : 2 articles
Novembre 2013 : 2 articles
Avril 2013 : 1 article
Mars 2013 : 1 article
Mai 2012 : 1 article
Avril 2012 : 1 article
Janvier 2011 : 1 article
Décembre 2010 : 1 article
Novembre 2010 : 2 articles
Septembre 2010 : 1 article

Inscription et liens



STATS

Bienvenue! Vous avez la parole, exprimez-vous...

Mai 1986 sans fraises, Tchernobyl et le SARS

Le 26 avril 1986, à Tchernobyl l’explosion d’un des quatre réacteurs de la centrale atomique libéra un gros nuage radioactif qui avança rapidement vers l’Ouest, couvrant toute l’Europe en près d’un semaine.

 

En mai 1986, j’étais en vacances en Italie avec ma famille. Et je dois dire que je m’en souviens comme si c’était hier : du point de vue gastronomique, les vacances les pires que j’ai jamais passées en Italie.

Le printemps en Italie, c’est, entre autre, les fraises à profusion, les fleurs de courgettes qu’on mange en beignets, les petits artichauts farcis avec de la chapelure et des câpres, les petits pois qu’on laisse mijoter avec de gros oignons rouges finement émincés, etc… Les fraises, ça commence à fin mars, surtout dans le sud où on les vend en cagettes sur le bord des routes. Et ceci jusqu’à fin mai.  Bref, fin avril 1986, tout cela était inclus dans nos projets de vacances.

 

Et bien, il a fallu y renoncer. Du jour au lendemain tous les produits frais ont disparu du marché et des marchés, fruits, verdures, légumes et produits laitiers (mozzarella). Même le bétail a été confiné. Et tout a été détruit. Donc il a fallu se contenter de pâtes préparés avec des tomates en boîte, de légumes secs préparés de différentes façons ou de produits congelés ou stérilisés avant la catastrophe. Quelle monotonie de saveur !

En France, pendant ce temps-là, rien de tout cela, la vie normale continuait. Au téléphone, on se moquait de nous et on regardait de haut les mesures prises par le gouvernement italien. Le césium 137, le principal radionucléide émis, dont la "période" est de trente ans, poussé vers l’ouest par les vents des hautes sphères, épargnait la France, apparemment et de façon inexplicable.

 En attendant, il existe aujourd’hui une procédure juridique engagée en 2001 par des dizaines de malades du cancer de la thyroïde contre l’Etat français, et l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a dû admettre qu’il a fourni à plusieurs reprises une cartographie « imprécise, voire fallacieuse des retombées ».

Pour en savoir plus : Le Monde du 25 avril et le Communiqué de Presse de l’InVS du 24 avril :

 

Aujourd’hui, nous voilà aux prises avec la SARS. Je pense qu’il sera bien difficile de bloquer complètement une contagion qui peut se propager en Europe de mille et une façon. Donc la question reste de savoir comment on peut être sûrs qu’on nous racontera la vérité à propos des risques et du nombre de cas.

 L’incurie du gouvernement chinois qui commence seulement à prendre des mesures (sérieuses?) après avoir ignoré les faits pendant plusieurs semaines, ne manque pas d’être préoccupant. L’Union Européenne saura-t-elle prendre les mesures nécessaires dans cette affaire  Ses membres réussiront-ils cette fois-ci à se mettre d’accord sur une conduite efficace à tenir ? Car la circulation est libre d’un pays à l’autre, et il suffit qu’un seul état ne suive pas les consignes pour que…

Ecrit par ImpasseSud, le Lundi 28 Avril 2003, 20:34 rubrique "Société débats".
Repondre a cet article



Commentaires :

  weinmann
weinmann
29-04-03
à 14:21

Horrible

J'ai justement vu une émission terrible sur Tchernobyl sur ARTE, ce vendredi dernier. On y voyait des chercheurs faire des études à l'intérieur du réacteur détruit... C'était assez spectaculaire. Ces chercheurs sont formels: les soit-disant 97% de matière radioctive encore présents dans le réacteurs ne sont plus là! Et pour cause, le bouclier ne sert à rien: les oiseaux ont élu domicile dans le réacteur et il y pleut! On nous a menti! Mais pas seulement les russes, les ocidentaux aussi car ils savaient que ça allait péter un jour ou l'autre comme ils savent que des réacteurs identiques à ceux de Tchernobyl sont toujours en marche en Europe, notemment près de Berlin. La construction du bouclier incombait à l'Europe (par la BERD), 525 millions de $ ont été "donnés" pour la construction et l'entretien du bouclier, or, il n'y a personne autour de ce bouclier. Seul un million de dollars aurait été utilisé à bon escient, le reste s'étant distribué à gauche et à droite... Tout est profitable!
Un autre commentaire?

  ImpasseSud
ImpasseSud
29-04-03
à 23:36

Re: Horrible

Pour Tchernobyl, la direction de la centrale a admis récemment que le "sarcophage" de ciment construit pour couvrir de ce qu'il restait du réacteur n° 4 risque de crouler d'un moment à l'autre. Vers la fin de cette année une nouvelle couverture en acier devrait etre construite (avec une contribution de 720 millions d'Euro de la part de la communauté internatinale). Mais ce nouveau sarcophage ne sera pret qu'en 2007! Et en attendant...

Sans parler de toutes les centrales nucléaires périmées ou dangereuses qui se trouvent dans les ex pays de l'Est qui feront parti de l'Union Européenne. Qu'en fera-t-on?
Un autre commentaire?