Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Music of *The SUN*

Kyrié illusion


The New World Orchestra

"2000"


4 minutes 30 de détente !


évasion . . .

extase...









Malango, l'annuaire des sites de l'Ocean Indien


OU NORE PI VIV ANKOR IN PE

Rubriques du Sun

Sujets en cours sur The Sun

Tous les sujets du Sun

Archive : tous les articles

Tous les articles du SUN
Septembre 2014 : 1 article
Juillet 2014 : 1 article
Février 2014 : 2 articles
Novembre 2013 : 2 articles
Avril 2013 : 1 article
Mars 2013 : 1 article
Mai 2012 : 1 article
Avril 2012 : 1 article
Janvier 2011 : 1 article
Décembre 2010 : 1 article
Novembre 2010 : 2 articles
Septembre 2010 : 1 article

Inscription et liens



STATS

Bienvenue! Vous avez la parole, exprimez-vous...

A quand la guerre pour l'eau?

En cette veille de guerre qui se souvient encore du Sommet de Johannesburg en août/septembre 2002 ? Des engagements de l'Union Européenne pour réduire de moitié le nombre des assoiffés dans le monde? Engagements génériques, jusqu'à présent, lettres mortes. En attendant l'urgence est à nos portes, le temps presse. Aujourd'hui s'ouvre à Kyoto le 3ème forum sur les ressources hydriques. (http://www.world.water-forum3.com/) De quoi y parlera-t-on? Voici ma traduction d'une interview publiée ce matin dans le journal italien La Repubblica :

"Interview à Lester Brown, père du Worldwatch Institute, devenu président de Earth Policy Institute ?Dans un an, ceux qui produiront le plus de blé auront un contrôle géopolitique total » « La guerre de l'or bleu changera l'équilibre du monde ".... Les scénarios dessinés par les climatologues nous renvoient l'image d'un monde aux fleuves desséchés par l'insuffisance des pluies, aux nappes épuisées par des prélèvements excessifs, aux lacs contaminés par les déchets. Et quelle angoisse quand on pense à l'augmentation des maladies liées au manque d'eau propre. Mais il existe une perspective plus menaçante et plus proche : la faim. Moins d'eau veut dire moins d'aliments. Et cette équation qui ne tombe pas encore sous le sens, changera la carte géopolitique du monde » ......... "Attentif depuis toujours à la course continue et parallèle entre l'augmentation de la population et la disponibilité des aliments, Lester Brown est convaincu que d'ici un an nous assisterons à un tournant radical dans le domaine de l'alimentation.

"Qu'est-ce qui changera ? « Les rapports de force entre ceux qui achètent et ceux qui vendent des céréales s'inverseront. Alors qu'aujourd?hui ceux qui achètent peuvent choisir, d'ici un an ce sont eux qui seront choisi. La Chine deviendra le plus gros importateur de céréales du monde et les Etats-Unis décideront s'ils veulent ou non remplir leurs greniers. Ceux qui tiendront les rênes de l'agriculture auront en main la force politique. »

"Pékin est en train d'adopter des choix énergétiques, pour le moins très contestées, qui interviendront de façon radicale sur le cycle hydrique. « La construction d'un système de grandes digues représente, sans autre, un élément ultérieur de préoccupation environnemental. Mais la situation est déjà dramatique aujourd?hui : on est en train d'assécher la moitié nord du pays. Il y a trois ans que la Chine consomme ses réserves de céréales : celles-ci finiront entre la fin de cette année et 2004. A ce moment-là, 1.300.000.000 de Chinois arriveront sur le marché et entreront en concurrence avec les consommateurs américains. Et Pékin a l'argent nécessaire pour acheter : l'excès de sa balance import/export avec les Etats-Unis est de 80 milliards de dollars, et ceci est suffisant pour acheter deux fois toute la récolte annuelle des Etats-Unis. »

Face à une perspective de ce genre, la Chine et tous les pays qui risquent d'être écrasés par le manque d'autonomie alimentaire adopteront des contre-mesures. « Mais il faut du temps pour redresser l'équilibre hydrique d'un pays. D'après une étude de la Banque Mondiale, dans la plaine septentrionale chinoise, il y a un déficit annuel de 37 milliards de tonnes d'eau. Et vu que pour obtenir une tonne de céréales il faut mille tonnes d'eau, ce déficit hydrique équivaut à 37 milliard de tonnes de céréales, somme suffisante pour nourrir 110 millions de Chinois. Ce qui signifie qu'aujourd?hui 110 millions de Chinois mangent en utilisant des réserves hydriques non renouvelables, c'est-à-dire qu'ils privent d'eau leurs enfants. Le déficit hydrique, qui est déjà très grave, deviendra dramatique bien avant qu'on ne l'imagine. »

Quand ? « En septembre dernier, le Canada a déclaré qu'il n'exporterait plus de céréales. Il considère qu'il s'agit là d'une réserve stratégique. L'Australie, peu de temps après, a fait la même déclaration. Dans l'immédiat, cette pénurie a été compensée par un produit de qualité inférieure, le blé de la Mer Noire. Mais ici, il s'agit seulement d'une bouffée d'oxygène. Il y a de moins en moins d'eau, et vu qu'elle est très difficile à importer, on l'achète sous forme de produit fini : acheter du blé veut dire avant tout acheter de l'eau. C?est bien parce que 70 % de l'eau utilisée dans le monde finit dans les champs que le problème hydrique est avant tout un problème agricole. ».

Quelles sont les zones qui courent le plus de risques ? « Dans le monde, on a creusé des millions de puits qui ont produit un prélèvement d'eau supérieur à la réalimentation naturelle de nombreuses nappes. C'est pour ça qu'un nombre toujours plus important de pays a une balance hydrique en rouge. Prenons le cas du Yemen, un des plus emblématiques : le niveau des nappes s'abaisse à la vitesse impressionnante de deux mètres par an. Dans le bassin où se trouve sa capitale Sana'a, on en est à six mètres par an. A ce rythme, la zone restera à sec d'ici dix ans et il devra choisir : ou bien importer de l'eau des dessaleurs installés le long de la côte ou bien transférer sa capitale. Le gouvernement du Yemen, dans son effort pour trouver plus d'eau, a encouragé le sondage des puits jusqu'à une profondeur de deux kilomètres, un niveau auquel on arrive, d'habitude, quand on cherche du pétrole, mais ça n'a pas servi à grand-chose ».

Quel sont les autres pays à haut risques ? « En Iran, les nappes aquifères s'abaissent à une vitesse qui va de 2,8 mètres par an dans la plaine du Cheanaran aux 8 mètres de la ville de Mashad : des villages entiers sont abandonnés dans la partie orientale du pays parce que les puits sont à sec. La situation est également très critique au Mexique, au Moyen Orient, dans tous les pays de l'Asie centrale, en Afrique du Nord. En effet, le Maroc importe la moitié des céréales de sa consommation, l'Algérie et l'Arabie Saoudite 70 %, Israël 90 %. »

Comment peut-on sortir de ce piège ? « Le premier secteur qui devra procéder une réforme draconienne est l'agriculture. En Chine, en investissant une tonne d'eau en céréales on obtient un produit qui vaut 200 dollars, en investissant la même quantité d'eau en activités industrielles le gain est de 14.000 dollars : il n'y a aucune comparaison. » L'agriculture rend moins, mais il est pratiquement impensable de pouvoir s'en passer. « Justement, il faut la changer. Dans les pays dont le balance hydrique est en rouge on doit pointer, au prix d'un changement de type d'alimentation, sur des cultures qui demandent moins d'eau. Ensuite, il faut travailler à l'amélioration des systèmes d'irrigation ». Les améliorations risquent d'être annulées par le changement climatique produit par la déforestation et par l'utilisation des combustibles fossiles.« C'est vrai, malheureusement. Récemment encore, notre regard se portait sur un chiffre impressionnant : les 15 années les plus chaudes dans l'histoire de la météorologie sont concentrées sur une étroite période qui va de 1980 à aujourd'hui. Mais maintenant, nous pouvons ajouter un autre élément. Les trois années les plus chaudes appartiennent aux quinze dernières années : l'évolution de ce processus est extrêmement alarmante et elle est destinée à avoir un énorme impact négatif sur l'agriculture. C'est la première fois depuis que l'espèce humaine s'est arrêtée pour cultiver la terre que le climat assume une instabilité aussi accentuée. Il y a 6.000 ans qu'on utilise l'irrigation, et ce processus n'a pas toujours été indolore, comme l'histoire de la Mésopotamie l'enseigne, mais durant les cinquante dernières années l'utilisation des pompes actionnées par des moteurs diesel a bouleversé les nappes aquifères qui diminuent nettement en Chine, aux Indes et aux Etats-Unis, les trois plus grands producteurs de céréales du monde. Il est temps de repenser radicalement notre rapport avec l'eau. »

Tout le monde sait que la question de l'eau est déjà un grave problème dans certains états des Etats-Unis. Alors ils recourt à leur tactique habituelle, ils achètent... On peut lire dans le Journal Permanent du 8 mars 2003 "La Patagonie mise aux enchères ? http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=etranger/20030305.OBS7775.html&datebase=20030308 "Afin de rembouser sa dette au FMI, le gouvernement argentin négocierait en sous-main la vente de cette région et de ses ressources naturelles aux Etats-Unis. Cette région dispose en effet d'importantes réserves en pétrole -75% des réserves du pays- eau douce, et en minéraux qui depuis plusieurs années sont convoitées par les entreprises étrangères."

Alors à quand la guerre pour l'eau?

Ecrit par ImpasseSud, le Dimanche 16 Mars 2003, 22:09 rubrique "Ecologie".
Repondre a cet article



Commentaires :

  PierreDesiles
PierreDesiles
16-03-03
à 22:23

DANGER PENURIE D'EAU !

J'ai parcouru ton recueil d'articles sur la diminution de l'eau potable dans le monde, c'est effrayant et préoccupant.
Mais il y a aussi la pollution de l'air qui s'aggrave, la couche d'ozone qui est trouée, les océans où l'équilibre est rompue dans sa chaîne alimentaire par la pêche intensive, mais aussi par l'eau de mer qui se réchauffe avec pour conséquence, la fonte des glaces d'une importance alarmante et qui engloutira à long terme certaines villes côtières.
On a l'impression qu'une spirale est enclenchée par la connerie humaine et qu'elle prendra fin avec la disparition de ses auteurs!
Un autre commentaire?

  SniperMaske
SniperMaske
16-03-03
à 22:45

Moi je pense que l'humanité va disparaître plus tôt qu'on ne le croit. Car il est évident que ça va arriver.

A mon avis... on est foutu, tout le monde va mourir. Tout le monde a fait trop de conneries. Une catastrophe (montée des eaux, trop de pollution, guerre mondiale...) ou même plusieurs vont mettre fin à tout ça un jour ou l'autre.

Ca peut paraître pessimiste, moi je dis que c'est réaliste. Franchement, vous pensez que l'humanité va s'en sortir à long terme ?

Tout ça pour dire que cette pénurie d'eau est un fléau de plus... Je commence à être découragé.
Un autre commentaire?

  ImpasseSud
ImpasseSud
16-03-03
à 22:47

Re: DANGER PENURIE D'EAU !

La pollution, tout le monde le sait, mais en fait tout le monde s'en moque. L'échéance semble lointaine, "pas pour nous" en quelque sorte.

Mais les puits à sec, c'est une affaire bien plus grave. C'était jusqu'à présent la seule ressource des pays pauvres. Alors que leur restera-t-il?

Pierre, peux-tu "activer" les liens que je propose : surtout pour la Patagonie, c'est important. La plus grande démocratie du monde achète tout, les pays ou les portions de pays, les votes à l'ONU. Et quand elle n'y arrive pas, elle part en guerre.
Un autre commentaire?

  asdepic
asdepic
16-03-03
à 23:07

Re:

A ton age ,tu devrais quand meme etre plus optimiste.Si notre génération n'a rien fait,j'éspère que la tienne fera mieux:-)
Un autre commentaire?

  Absurdus
Absurdus
16-03-03
à 23:28

Re: DANGER PENURIE D'EAU !

Le problème de l'eau, c'est que c'est une ressource capitale, dont on ne peut se passer. Sans eau, pas d'agriculture, pas de vie. Ca devient peu à peu un enjeu stratégique dans les régions où elle commence à manquer, et les tensions peuvent monter très vite, par exemple si un pays "en amont" décide d'utiliser davantage d'eau et par là d'en priver un pays "en aval". Personne n'aime être dépendant de son voisin pour sa survie. Les risques de conflits sont importants.
Mais on a vraiment l'impression que ceux qui sonnent l'alarme crient dans le désert. La planète va de plus en plus mal mais les pays riches s'en foutent. Chacun veille à ses intérêts, personne ne semble se rendre compte qu'on est tous sur le même bateau et qu'aider ceux qui sont en difficulté est tout bénéfice pour nous aussi. Quand on imagine ce qui pourrait être fait avec les milliards de dollars que brûlent les USA pour jouer aux petits soldats, ça fait pleurer.
Un autre commentaire?

  Gamin
Gamin
17-03-03
à 04:12

Re: Re: DANGER PENURIE D'EAU !

Les liens sont activés, ImpasseSud... ;)
Un autre commentaire?

  PierreDesiles
PierreDesiles
17-03-03
à 09:28

Activation des liens

Merci pour les liens, Gamin, mais comment as-tu fait ?
Un autre commentaire?

  Gamin
Gamin
17-03-03
à 09:40

Re: Activation des liens

Facile !! Il suffisait de les mettre sous la forme <a href=http://le_lien_en_question>le lien en question</a>, pour avoir ceci :

le lien en question

Note : le lien est actif, mais ne donne sur rien, donc pas la peine de l'essayer, c'est juste un exemple...
Un autre commentaire?

  PierreDesiles
PierreDesiles
17-03-03
à 14:20

Article du Nouvel Obs. sur la Patagonie !

Grâce à tes liens ImpasseSud, j'ai pu lire l'article sur la vente aux enchères de la Patagonie.
Je crois, comme je le disais plus haut, que la spirtale est enclenchée sur un point de non-retour et que malheureusement, les prédictions diverses et croyances en tous genres vont prendre le pas sur le rationnel.
Chacun ira de sa référence de tel ou tel écrit ancien datant d'une époque où il n'y avait rien d'autre à faire que de se pencher sur soit même et à se regarder vivre.
Ces prédictions peuvent être interprétées de mille et une manière, afin de s'appliquer à l'époque choisie.

Mais, et l'eau dans tout cela ?
Il est vrai qu'il y a très peu d'eau potable sur notre planète et qu'elle est vitale pour la préservation des espèces animals et végétales, mais ausi pour la survie de l'espèce humaine.
Tu as raison quand tu parles de "guerre de l'eau" et à mon avis celà sera encore plus dur à vivre que celle du pétrole. Pétrole dont on pourrait très bien se passer.
Sous les tropiques l'eau ne manque pas pour l'instant, mais pour combien de temps encore ?
à+
Un autre commentaire?

  PierreDesiles
PierreDesiles
05-05-03
à 20:03

Déplacement des eaux et ces conséquences!

ImpasseSud, j'ai découvert cet article sur le Web qui pourrait mettre "de l'eau à ton moulin".
**********************************************************************************

http://www.h2o.net/magazine/urgences/enjeux/politiques/2002_tripoli/francais/aquiferes_0.htm


Eaux souterraines: Les ressourcescachées de la planète.
Atelier international sur la gestion partagée des ressources des systèmes aquifères en Afrique
Tripoli, Libye - 2 / 4 juin 2002
La solution à la crise mondiale de l'eau se cache peut-être sous terre....
à lire sur le lien
Un autre commentaire?

  ImpasseSud
ImpasseSud
05-05-03
à 21:36

Re: Déplacement des eaux et ces conséquences!

Très intéressant ton lien Pierre, mais effrayant également. Il ne fait aucun doute que la guerre pour l'eau arrivera, surtout à propos des acquifères transfrontaliers. Il n'y a qu'à voir coment Israel s'attribue déjà la plus grande partie des ressources hydriques de la région.

Et si les USA s'intéressaient tout à coup à l'eau, décidant qui y a droit et qui non.... Il y a quelques temps encore, ce genre de réflexion nous aurait fait rire, mais aujourd'hui...

Je te propose un autre lien plus récent :
http://www.irc.nl/source/lgfr/

L'article sur la Libye est particulièrement intéressant, et la partie qui concerne les soupçons des USA est vraiment une preuve de plus de leur folie actuelle.
Un autre commentaire?

  PierreDesiles
PierreDesiles
05-05-03
à 22:43

Re: Re: Déplacement des eaux et ces conséquences!

Ton dernier lien est une véritable "source" d'informations sur la "récupération" des eaux par des dirigeants plus ou moins intéressés ?!
Kadhafi semble en être le maître à en croire ces quelques "gouttes" prélevées dans ce "réservoir" d'infos!
***************************************************
Libye : l?ultime don du Sahara à Kadhafi
Pays du grand vide, pays du souffle brûlant, désert mortel plein de serpents, région aride et stérile, la Libye a longtemps fait figure de déshéritée ; au moins jusqu?en 1959, date de la découverte du premier gros gisement de pétrole à Zaltan dans le golfe de Syrte. Ce sont aussi les travaux d?exploration pétrolière qui ont mis à jour le second cadeau du désert : l?eau. De l?eau en quantités colossales.
***
Sur le seul territoire libyen, plus de 120 000 milliards de m3 de réserves ont ainsi été recensés entre quatre grands bassins...
***
Le projet de la Grande Rivière Artificielle a été défini sur 25 ans, de 1985 à 2010, et devra à terme permettre le transfert de 6,5 millions de m3 d'eau par jour, soit 2 milliards par an, pour un investissement global de près de 30 milliards de dollars...
***
Ridicules suspicions et véritables inquiétudes
Un tel projet, initié par un pays que les Etats-Unis considère toujours comme un « Etat voyou » ne pouvait manquer de susciter certaines rumeurs. Ce réseau gigantesque de canalisations ne pourrait-il pas servir à acheminer des troupes ?
***
Les suspicions remises récemment au goût du jour par le New York Times, et reprises en France par VSD (1), font sourire les experts de l?eau.
...etc. etc.
***************************************************
En fait je voulais t'en parler depuis longtemps ImpasseSud, car j'avais entendu parler de ce tunnel suspect, sur France Infos, qui citait l'article de VSD. Et sur Internet, je n'ai pas pu retrouver cet article émanent de cet hebdo. J'ai mis en doute ma mémoire et je suis content qu'ils en parlent ci-dessus.
Après le pétrole ce sera l'eau et après viendra la nourriture qui en découle etc. etc.

NB:
Tu sais je continue à lire les codes secrets de la Bible et c'est assez troublant et cela laisse peu de place au hasard. Bush y attache une très grande importance et se prend pour Dieu lui-même tentant d'enrayer les prophéties qui ne lui sont pas favorables.
Pense à lire de temps en temps la rubrique "croyance" où j'y mets des commentaires persos. J'ai commencé le tome 2 qui est plus récent...
Un autre commentaire?

  ImpasseSud
ImpasseSud
06-05-03
à 00:51

Une petite "guerre de l’eau"

A Cochabamba, la 3ème ville de la Bolivie on fête le 3ème anniversaire de la «guerre de l’eau» qui a eu lieu en 2000. C’est la première victoire au monde d’une population contre une multinationale, la International Water Holdings (propriété de la Bechtel étasunienne (elle n’est pas en train de prendre une part du gâteau en Iraq celle-là ?) et de la société italienne Edison) qui aurait dû gérer pendant 40 ans la fourniture d’eau dans la province de Cochabamba à travers la société Aguas del Tunari. La révolte a éclaté après l’augmentation des tarifs de 200 à 300 % et la décision d’abolir l’usage civil. Dans le Cochabamba en effet, on utilise encore l’extraordinaire système hydrique créé par les Incas qui fournissait l’eau des Andes à tout l’empire. La communauté contribuait à la construction et à la manutention. Un savoir qui a résisté aux espagnols et aux dictatures.
Pour en savoir plus :
http://perso.club-internet.fr/makoch/presse/guerredel'eau_fichiers/guerredel'eau.htm

Maintenant les vainqueurs devront affronter le recours présenté par la Multinationale qui prétend 25 millions de dollars pour sa perte de profits, mais ils ne sont pas seuls car ils sont soutenus par 300 associations de 50 pays.
-----

Une petite parenthèse
En Bolivie, ces temps-ci il y a également une révolte des paysans pour défendre la culture des arbustes de coca que l’on voudrait éradiquer, mais qui dans la province de Cochabamba font vivre 45.000 familles avec une moyenne de 6 enfants par famille. Pour eux il s’agit avant tout d’une plante médicinale, et non pas de l’usage que les blancs en a fait par la suite. Les cultures substitutives (comme bananes, mandarines et oranges) se vendent très mal, et les aides promises par USA et UE n’arrivent pas (comme d’habitude !!!).
Pierre, pour toi qui est enclin aux prophéties, voici ma traduction, d’un petit texte trouvé dans la presse italienne :
« Pour nous, peuple andin, la coca est sacrée, comme la Bible pour vous les chrétiens. Elle peut donner une connaissance profonde et aide dans le travail physique».
Celui qui parle, c’est Marcelo, un petit indien bossu au visage serein. Il a été frappé par la foudre, littéralement, et il est devenu chaman. Il rappelle que "les Espagnols contraignirent les indigènes à travailler dans les mines et que seuls quelques-uns survécurent grâce aux feuilles sacrées. Parce que la légende raconte que la coca est le cadeau d’une Déesse vierge qui le donna aux Incas en meme temps que la quinoa, un céréale : la coca pour soulager la peine et, pour nourrir le peuple, la quinoa, un aliment complet qu’une entreprise des USA a essayé de breveter. Ce sont les blancs qui changent la nature de la plante". Et Marcelo rappelle l’antique prophétie : « ... quand le blanc voudra vous imiter et osera utiliser ces feuilles comme vous, il lui arrivera tout le contraire : son suc qui pour vous est force et vie, deviendra un vice répugnant et dégénératif pour vos patrons, et alors que pour vous, indiens, ce sera un aliment presque spirituel, chez eux il causera la stupidité et la folie.»

Un autre commentaire?

  ImpasseSud
ImpasseSud
31-05-03
à 17:43

G8 à Evian

Lu dans Libération d’aujourd’hui, 31.05.2003

1 milliard de dollars pour éviter les guerres de l'eau

 

« C'est la somme réclamée au G8 par huit ONG pour aider le tiers-monde à gérer les fleuves internationaux et prévenir ainsi les guerres de l'eau. La protection des ressources des bassins transfrontaliers, situés surtout dans les pays du Sud, est «cruciale» pour «la lutte contre la pauvreté», selon ces ONG, dont certaines associent industriels et gouvernements, comme le Partenariat mondial de l'eau. »

 

 

Un autre commentaire?

  ImpasseSud
ImpasseSud
27-06-03
à 22:48

Consommation d'eau dans le monde

Aujourd'hui, en ouvrant Le Monde, une petite fenetre de Novethic indiquait la consommation d'eau par personne et par an :

au Burkina-Faso : 20 mètres cubes
en France : 700 mètres cubes
aux USA : 2.000 mètres cubes!

Il y a de quoi se poser des questions!

Un autre commentaire?